Blog
12
02
2018

Happyness cycling / des boutiques gym 100 % biking

Par Xavier 0

Pourquoi se contenter de Pédaler sur un vélo lorsque l’on peut danse, faire des pompes, utiliser des poids et renforcer ses obliques ? 45 minutes de biking survolté en groupe avec un coach et sur une musique entraînante, bienvenue chez Happyness Cycling. Sarah Kanga

 

Happyness Cycling, le vélo autrement

Nous sommes à Toulouse. Debout sur un vélo,un coach incite une vingtaine de participants à se surpasser et à lâcher prise. La salle de 250m2 est plongée dans la pénombre et une musique rythmée accompagne chaque mouvement de la chorégraphie. Non sans mal, le groupe pédale face à des cyclistes virtuels projetés sur un écran géant et alterne entre sprints, montées, accélérations, et phases de récupération. De quoi tonifier le bas du corps, sans pour autant oublier les bras et les abdos. Ici, les haltères sont aussi de la partie, tout comme les pompes, exécutées

contre le guidon. Au programme donc, renforcement musculaire et cardio, sans jamais descendre de son vélo. Intensité oblige, l’enseigne recommande de ne pas manger trois heures avant la séance et de bien s’hydrater. Pour une stimulation optimale du groupe pendant ces 45 minutes, les données sportives des participants s’affichent à l’écran.

Les séances ainsi que leurs chorégraphies varient en fonction des goûts musicaux de chaque coach et de leur background professionnel (danse, yoga, sport de haut niveau, etc.), ils jouent donc un rôle central. Intenses et ludiques, ces cours 100 % biking attirent aussi bien des non-initiés voulant brûler des calories que des sportifs aguerris désireux de sortir de leur routine quotidienne. L’inscription se fait en ligne et sur smartphone. Le participant peut même choisir son emplacement dans la salle. Trois cours sont délivrés tous les jours, dont le premier dès 7 heures du matin, histoire de débuter sa journée sur les chapeaux de roues. Pas de dress code exigé, le biker vient dans la tenue qui lui convient, et peut acheter des articles de sport signés Happyness cycling dans la boutique de fitness incorporée au studio.

Inspiré du Soul Cycle

C’est aux États-Unis qu’est né l’indoor biking en boutique gym. En 2006, le Soul Cycle voit le jour dans les quartiers branchés de New York avant de gagner les grandes villes américaines telles que Los Angeles, Chicago et Miami et de devenir un phénomène incontournable. La formule sans engagement plaît. Tout comme le mélange de challenge physique mêlé à une quête de bien- être intérieur via l’effort, le tout, dans un cadre chic. En France, Dynamo Cycling, Kiwill et let’s ride ont importé ces boutiques gym 100 % biking dans la capitale, tandis qu’Happyness cycling fait office de pionnier à Toulouse et Blagnac.

En important ce modèle dans sa région, l’objectif de Xavier Verbeke est clair : proposer la meilleure offre d’indoor biking en France.

C’est Xavier Verbeke, coach professionnel deux fois champion du monde d’aviron, pratiquant de triathlon et d’Ironman qui est à l’origine du concept. Déjà propriétaire de quatre salles de sport dans la région, son premier studio de cycling a ouvert à Blagnac il y a plus d’un an, suivi par une seconde ouverture à Toulouse, il y a six mois.

“J’étais intéressé par le concept de boutique gym et j’ai opté pour le vélo parce que c’est une activité que tout le monde peut pratiquer, indépendamment de son niveau et de sa condition physique, explique-t-il. On peut faire du vélo même lorsque l’on a des problèmes de genoux ou de dos. Contrairement à des sports comme la boxe, c’est un outil plus adapté et qui touche un plus grand nombre, poursuit-il. Et d’ajouter : Pour Happyness cycling, je me suis directement inspiré du Soul cycle américain qui rencontre un grand succès outre-Atlantique.”

Un concept haut de gamme

Pas d’abonnement. Ici, les cours se paient à l’unité, sans engagement, à partir de 12 euros la séance découverte et jusqu’à 300 euros le carnet de 30 séances valables un an. Tout comme aux États-Unis, les boutiques gym offrent une prestation premium avec serviettes, bouteilles d’eau, accessoires de toilettes fournis et casiers avec codes. Les vélos haut de gamme sont signés Matrix. Pour transpirer cinq fois par mois avec Happyness cycling, il faudra débourser 75 euros. Une somme non négligeable donc, qui explique que ces deux boutiques gym toulousaines attirent essentiellement des CSP+ âgées de 30 à 45 ans à la recherche d’un certain standing.

“Nos séances sont conçues pour apporter de l’effort et du plaisir dans un cadre convivial et chaleureux, reprend le fondateur. Le tout, encadré par des coachs attentifs. Nous offrons un service humain que l’on ne retrouve pas dans les grands volumes.”

Entre plaisir et défis sportifs

Si les cours proposés par Happyness cycling sont ouverts à tous et l’intensité ajustable en fonction des niveaux, différentes sessions sont proposées en fonction de l’objectif. Tout en insistant sur la technique, les sessions Happyness mettent l’emphase sur le plaisir, tandis que les sessions Kona ont été conçues pour repousser ses limites le plus loin possible et se rapprochent davantage de la performance de LesMills. Et pour ceux qui en veulent toujours plus, des sessions XXL de 70 minutes sont organisées plusieurs fois par an et promettent de brûler jusqu’à 1 000 calories !

Aux États-Unis, ces studios dédiés à une seule activité (CrossFit, danse, yoga ou vélo) connaissent un tel essor qu’ils représentent désormais 35% du marché (selon l’International Health, Racquet & Sportsclub Association (IHRSA)). Quant aux cours de Soul cycle, leur fréquentation a littéralement explosé ces dernières années (+70 %).

Quel avenir en France où le phénomène est encore embryonnaire ? Affaire à suivre.

Voir l’article Fitness Challenges : ici

Auteur : Xavier